Le Havre Cité jardin du Havre : pourquoi c'est stoppé ?

L'opposition des habitants à la réhabilitation de leur quartier, la cité jardin d'Aplemont, au Havre, aura payé. Estuaire de la Seine vient d'annoncer l'arrêt de ce programme.

Dernière mise à jour : 05/12/2012 à 16:22

Les habitants de la cité jardin entendent maintenir la pression pour préserver leur cité pavillonnaire.
Les habitants de la cité jardin entendent maintenir la pression pour préserver leur cité pavillonnaire.

Rebondissement dans l’affaire qui opposent les habitants de la Cité des fleurs à Aplemont et leur bailleur social, Estuaire de la Seine qui envisageait un vaste programme de réhabilitation pour le quartier dans les dix à quinze prochaines années (notre article). Mardi 4 décembre, Estuaire de la Seine annonçait, dans un communiqué, l’arrêt pur et simple du projet, en tout cas dans l’immédiat.

« Nous nous rendons compte qu’il est compliqué de discuter avec les habitants plongés dans un climat d’inquiétude et de tension. Nous souhaitons désormais nous accorder le temps nécessaire pour réfléchir à une nouvelle méthode de travail qui associera pleinement, cette fois-ci, les habitants et riverains du quartier pour aborder sereinement la réflexion nécessaire à l’avenir du quartier », explique Karine Chevallier, chef de projet pour Estuaire de la Seine.

La construction de collectifs cristallise toutes les tensions

Deux aspects de la réhabilitation telle qu’elle était proposée, ont cristallisé les plus vives inquiétudes.

« La question du relogement de nos locataires, notamment celui des personnes âgées, a constitué le premier blocage. Mais l’aspect le plus générateur de tensions reste celui de la densification du quartier par le biais de la construction de petits collectifs », reconnaît le bailleur social, qui, face à la vive opposition des habitants et riverains, fait le choix de stopper son projet.

Un projet que la Ville du Havre dit suivre depuis longtemps ; il y a deux ans, une toute première réunion publique avait été organisée pour présenter le programme de réhabilitation des deux premiers îlots du quartier. « Et, déjà, Estuaire de la Seine avait reçu une volée de bois vert », commente Sébastien Tasserie, le conseiller municipal délégué aux quartiers Aplemont/Sainte-Cécile, qui regrette que la municipalité n’ait pas été conviée alors à ce premier rendez-vous.
À l’annonce d’une nouvelle concertation, la Ville a fait en sorte, cette fois-ci, d’accompagner les habitants à chacune des réunions programmées par Estuaire de la Seine jusqu’à une rencontre en mars dernier entre le maire, Édouard Philippe, et Alain Caron, le président d’Estuaire de la Seine.

« Force est de constater qu’il y a un réel blocage des habitants. La Ville a donc insisté sur la nécessité de repartir sur les bases d’une concertation saine afin de construire un nouveau projet », développe le conseiller municipal.

Mais, pour faire consensus, le communiqué d’Estuaire de la Seine évoque une décision commune entre le bailleur social et la municipalité du Havre.

« Satisfaits, mais vigilants, toujours »

Que pensent les habitants de la cité jardin de l’arrêt du projet ?

« Nous sommes satisfaits de cette première étape mais nous restons vigilants car la future concertation devra être ouverte et non pas se traduire par une succession de réunions d’informations qui nous montrent notre futur quartier », déclare au nom du comité de défense du quartier, Gwendoline Lelandais.

L’intention première des habitants se trouve confortée, en tout cas, par cet arrêt :

« Nous maintenons notre refus de voir les pavillons démolis pour construire des immeubles. Et, bien évidemment, nous demandons la réhabilitation des pavillons fermés à la location depuis plusieurs années. Nous voulons préserver et protéger notre cité pavillonnaire avec ses jardins. C’est une cité jardin, nous ne voulons pas qu’elle devienne une cité des pleurs avec immeuble. »

Estuaire de la Seine, sans vouloir donner de date précise, provoquera peut-être de nouvelles rencontres avec ses locataires au printemps 2013.

« Dans l’immédiat, l’important est de réfléchir à un projet qui fasse consensus tant avec les habitants et les riverains de la cité jardin qu’avec les habitants du Havre. Il faut que le futur projet réponde à notre mission d’intérêt général qui est d’apporter aussi une réponse aux Havrais qui sont mal logés. C’est aussi notre mission que d’accompagner la ville dans son développement », défend Karine Chevallier.

La Ville, d’une manière plus ou moins discrète, accompagnera alors cette nouvelle concertation qui, chacun l’espère, s’inscrira beaucoup plus dans l’écoute mutuelle.

Rue des Roses, 76610 Le Havre, France

  1. yul
    31 août 2013 16:16
    Les habitants de ce quartier qui se dégrade à vitesse grand V ne sont que locataires, ils ne peuvent pas avoir le beurre et l'argent du beurre: refuser une réhabilitation du quartier et se plaindre du délabrement. Ils n'avaient qu'à devenir propriétaire, ils auraient alors pu faire ce qu'ils veulent de leur bien même s'il faut alors payer la taxe foncière...
  2. [...] de la cité projette d’effectuer un vaste projet de réhabilitation de ce parc locatif. Le tout premier projet présenté aux habitants a été rejeté massivement. Locataires et propriétaires sont désormais en attente de la présentation d’une seconde [...]