Mont-Saint-Aignan Emploi. Près de Rouen, Huis Clos dans la tourmente

Le groupe « Huis Clos », basé près de Rouen, a déposé son bilan, jeudi 23 mai 2013, et a été placé en redressement judiciaire. La période d’observation a été fixée à six mois.

Dernière mise à jour : 25/09/2013 à 14:14

 

Le siège de Huis Clos, le spécialiste des portes et fenêtres en PVC basé à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, dépose son bilan. (Google Maps 2013)
Le siège de Huis Clos (groupe spécialisé dans la menuiserie en PVC pour l’habitat et les énergies renouvelables), à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen. (Google Maps 2013)

« Faisant face à une mauvaise conjoncture économique et des évolutions pénalisantes de la fiscalité écologique française », le groupe Huis Clos, basée à Mont Saint-Aignan, près de Rouen, a pris l’initiative « de se placer sous la protection de la justice commerciale en sollicitant l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire à son profit auprès du tribunal de commerce de Rouen ». L’entreprise, qui est numéro deux en France dans son domaine, et avait connu un fort développement ces dernières années.

« La société a en effet subit un ralentissement notable de son activité depuis le début de l’année 2013, conséquence du faible niveau de consommation des ménages, particulièrement important dans ses domaines d’activité. Ce ralentissement important, dans un contexte économique déjà difficile, a rapidement impacté la trésorerie de l’entreprise », explique le groupe, dans un communiqué.

Plus de 1 500 salariés et une centaine de magasins

La période d’observation a été fixée à six mois et un administrateur judiciaire a été nommé pour assister la direction et rechercher les meilleures solutions pour garantir la poursuite de l’activité.
Le périmètre de la procédure concerne toute l’entreprise qui compte plus de 1 500 salariés répartis sur une centaine de magasins à travers la France, à l’exclusion de l’usine de fabrication des portes et fenêtres en PVC du Havre (200 salariés).
Le groupe, spécialisé dans la menuiserie en PVC pour l’habitat et les énergies renouvelables, a accusé, en 2012, sept millions d’euros de pertes contre un bénéfice de près de quatre millions lors de l’exercice précédent.

Le fondateur revient aux affaires

René Bertin, 65 ans, le fondateur du groupe dans les années 90, qui avait pris du recul ces dernières années, a repris les commandes en début d’année avec l’objectif de « redresser » l’entreprise. Il s’exprime dans Paris Normandie, vendredi 24 mai 2013 :

« Il faut qu’on trouve des solutions. Nous avons six mois pour en trouver. Il y aura un Huis Clos d’avant le 22 mai, et un Huis Clos d’après le 22 mai (…) En attendant, on continue de prendre des commandes, on fabrique et on livre. Dans le commerce, c’est le nerf de la guerre. Et cette guerre-là, je veux la gagner », insiste-t-il.
Mont-Saint-Aignan, 76

Les commentaires sont fermés temporairement veuillez nous excuser.