Rouen Interview. Second Floor Orchestra en concert à Rouen

Second Floor Orchestra sort un nouvel album, "Lullabies". Le groupe sera à Rouen le 11 janvier pour un concert privé à l'Almendra. L'entrée se fera uniquement sur invitation.

Dernière mise à jour : 10/01/2013 à 15:43

Une sortie d'album qui s'annonce sous de bons auspices pour Second Floor Orchestra.
Une sortie d'album qui s'annonce sous de bons auspices pour Second Floor Orchestra.

76actu : Pourquoi avoir choisi la formule de spectacle privé pour fêter la sortie de l’album ?
Jorge (chanteur) : Il y a plusieurs raisons à ça. D’abord et comme beaucoup d’autres bons groupes, on a aujourd’hui toutes les peines du monde à se faire programmer dans des salles ou sur des évènements culturels qui nous permettraient d’avoir une bonne exposition. Il semble que nous ne soyons pas (ou plus) membres des bons “clubs” ou assez proches des bonnes “coteries” rouennaises.

Aujourd’hui quelques personnes monopolisent la programmation sur des lieux culturels et ne veulent pas de nous apparemment. Ce qui est dommage car le groupe bénéficie de beaucoup de soutien dans des villes comme Le Havre ou Paris. La critique nous suit mais on n’arrive pas à jouer dans une salle digne de ce nom. On a quand même joué au 106 expérience et le club était plein ce soir là… Depuis rien.

Out of my Window, live :

Remercier les souscripteurs

L’autre raison est plus positive. L’album Lullabies, qui sort en janvier, a été réalisé en grande partie pas les dons de souscripteurs privés et on avait prévu de remercier tous ces gens en les invitant à un concert plein de surprises avec de nombreux invités, faire la fête pour les remercier tout simplement car sans eux cela aurait été difficile. Les autres personnes invitées sont surtout des professionnels qui nous ont aidés ou qui pourraient le faire.

Comment s’est opéré le choix des invités ?
Les invités musicaux de la soirée sont avant tout des gens talentueux pour qui nous avons la plus grande estime et aussi évidemment des amis, c’est notre club à nous ! Gene Clarksville, qu’on ne présente plus, Vincent Blanchard de Joad, José Butez (Mr Monnlight et Jee Bees), Stan de Grapes, Claude de My Silly Dogfish… J’en passe et des meilleures.

Tous ces gens viendront nous rejoindre sur scène,  pour partager des reprises choisies avec eux, sans oublier le DJ Set du Barbier de Sa Ville pour animer la partie Dancefloor. Que des gens que nous apprécions sur le plan artistique mais aussi et avant tout humainement. Cela pourrait déboucher sur des participations plus fréquentes avec ces groupes.

La musique qu’on aime

On vous voit souvent en double plateau avec My Sillydogfish, on vous a également vu avec Grapes.
Franchement si on pouvait organiser un grand festival avec tous ces gens, on le ferait bien volontiers. Nous allons à nouveau nous retrouver en avril avec Grapes (mais cette fois-ci ce sera au Havre), leur musique nous plait énormément, pour My Silly Dogfish c’est plus sentimental, plus familial évidemment…

Comment est né Lullabies, comment l’avez-vous composé, écrit ? Quels sont vos maîtres à penser ?
L’album Lullabies est composé de titres que nous jouons déjà depuis un an en concert. Tous les titres étaient déjà composés avant d’entrer en studio. Lullabies veut dire “berceuses” et cet album a beaucoup de liens avec le thème de l’enfance ; je crois qu’on a vieilli, que nos enfants prennent beaucoup d’importance dans nos vies aujourd’hui mais qu’en même temps, ils nous renvoient à notre propre jeunesse passée, c’est le thème de beaucoup de titres, mais pas seulement.

I need to believe :

Hommage aux Dogs

Musicalement nos maîtres à penser sont les mêmes depuis longtemps déjà, nous sommes de Rouen et nous venons directement de la famille des Dogs évidemment mais aussi de Supergrass, de Blondie, d’Oasis mais aussi de Dylan, des Kinks, des Beatles… C’est fou l’importance que peut avoir Dominique Laboubée aujourd’hui dans le monde du rock en France, on nous en parle tout le temps quand on joue, des gens nous disent « vous avez un style rouennais » et on sait à quoi ils font référence… ça l’aurait fait sourire Dominique… La tonalité est un peu plus rock que l’EP.

Pourquoi ce léger virage ? Une nécessité ?
Le premier 6 titres était déjà bien rock non ? On ne s’est pas posé de questions, on a travaillé live, en prises directes. Il nous fallait un grand studio alors on l’a fait chez Francois Casays au studio Accès digital, comme à la maison. C’est en plein centre ville et le garçon est charmant… On a fait ce que l’on sait faire : du rock et de la pop.

En Studio :

Quels sont les projets de concerts ?
On va défendre ce nouvel album au Havre, à Caen, à Paris, à Amiens, à Lille, à Rennes… et on espère pouvoir jouer à Rouen dans de bonnes conditions prochainement. Je sais que vos lecteurs sont nombreux…on ne sait jamais !

Rue Paul Baudoin, 76000 Rouen, France