Rouen Jean-François Bures candidat de l'UMP à Rouen, en 2014

S'il n'a encore jamais eu de mandat électoral, Jean-François Bures a pourtant obtenu l'investiture de l'UMP pour les élections municipales de 2014. Il veut incarner le renouveau.

Dernière mise à jour : 27/06/2013 à 19:31

Jean-François Bures est né et habite à Rouen. Il n'a pas encore eu de mandat électoral (photo D.R.)
Jean-François Bures est né et habite à Rouen. Il n'a pas encore eu de mandat électoral (photo D.R.)

Il a 46 ans et est militant à l’UMP depuis 2005-2006. Secrétaire départemental adjoint, chargé de Rouen et de son agglomération, Jean-François Bures vient de décrocher l’investiture pour être la tête de liste aux élections municipales à Rouen. Une information transmise par la Fédération départementale de l’UMP, jeudi 27 juin 2013, après que la commission nationale d’investiture de l’UMP ait tranché pour les candidats des grandes villes de Seine-Maritime (ce sera Édouard Philippe au Havre et André Gautier à Dieppe).

« Ils voulaient une personne pugnace »

Ce natif de Rouen, domicilié également dans la ville, est directeur marketing et communication d’un groupe européen d’origine scandinave, spécialisé dans le mobilier d’entreprise. Il commente cette décision :

C’est le choix de la direction départementale de l’UMP, de son président Antoine Rufenacht et de la commission nationale. Ils voulaient quelqu’un qui avait envie de s’investir pleinement dans la campagne, une personne pugnace.

Exit David Douillet, on le savait, mais exit aussi Bruno Devaux, donc, pour cette investiture. Le conseiller municipal UMP de Rouen s’était pourtant porté candidat pour la mission début mai 2013.
Jean-François Bures veut aujourd’hui rassembler « toutes les forces de l’UMP », les conseillers de l’opposition et les jeunes militants pour « faire un travail collégial et se servir de l’expérience des uns et des autres ».

Il y a des perspectives qui s’ouvrent, il faut pousser la génération montante dans un esprit de renouvellement. Il est encore difficile de se faire entendre au niveau local avec le contexte national très médiatisé. Mais on remarque une oreille plus attentive qu’avant sur les marchés, lorsqu’on dit nos propositions.

Travailler avec le centre…

La sénatrice UDI-Nouveau Centre, Catherine Morin-Desailly, voulait rapprocher le centre et la droite pour trouver le moyen d’une candidature unique. Apparemment sans succès, pour l’instant.

Mais nous travaillerons avec l’UDI de Rouen, il ne faut pas créer de rivalité là où il n’y en a pas. Il est toutefois normal que l’UMP puisse aussi exprimer ses valeurs dans la campagne électorale.

Avec le risque de voir les voix de droite et du centre s’éparpiller au profit de la gauche ?

Il y a deux écoles sur cette théorie : ceux qui disent qu’une division peut ensuite faire levier au second tour, et ceux qui estiment que des candidatures multiples créent artificiellement de la division. En fait, tout dépendra de la manière dont on saura travailler ensemble. Il n’y a pas de raison que cela se passe mal.

Jean-François Bures a déjà été candidats aux élections cantonales à Rouen en 2008 et 2011. Il a également été suppléant aux élections législatives en 2012.

Rouen, 76