Sainte-Adresse UMP. Le Havrais Ruquier tacle son voisin Gélard !

Alors que le clan Fillon conteste les résultats de la Cocoe, l'humoriste havrais, Laurent Ruquier, évoquait, hier, sur Europe 1, l'enseignement du prof de droit, Patrice Gélard.

Dernière mise à jour : 23/11/2012 à 08:05

RUQUIER_176-rec.jpg

L’UMP est en pleine débâcle suite à la dernière déclaration du clan Fillon qui conteste les résultats validés mardi par la Cocoe (Commission d’organisation et de contrôle des opérations électorales). En effet, cette commission présidée par le sénateur de Seine-Maritime et maire de Sainte-Adresse, près du Havre, Patrice Gélard, avait, la veille, confirmé l’élection de Jean-François Copé à la tête de l’UMP. Or, François Fillon affirme, aujourd’hui, que les votes des fédérations UMP d’Outre-mer n’ont pas été comptabilisés.
Patrice Gélard, quant à lui, déclare que les décisions de la Cocoe sont définitives et que toute contestation devra être adressée à la commission des recours. Le sénateur Gélard est donc face à un nouvel imbroglio et le professeur de droit, spécialiste de la Russie, doit se creuser les méninges pour sortir son camp de ce pétrin électoral. C’est du moins ce que sous-entendait l’humoriste Laurent Ruquier, Havrais, et ancien élève du sénateur aux Affaires Internationales du Havre, mardi 20 novembre, sur les ondes d’Europe 1.

Un spécialiste des scrutins et de la triche, selon Ruquier

L’étudiant Ruquier se souvenait dans son émission On va s’gêner, plus particulièrement d’un cours de droit constitutionnel dispensé par le sénateur Gélard, aujourd’hui au cœur de la tourmente de son parti.
L’humoriste évoquait une séance où le juriste émérite expliquait à ses étudiants les différents modes de scrutins et les constitutions des pays,  en s’appuyant sur pléthore d’exemples de fraudes :

« Je ne sais pas si c’était un spécialiste ou pas. Mais il nous donnait à chaque fois, pour bien nous expliquer les différents modes de scrutins et les constitutions des différents pays, tous les systèmes de triche ! », a déclaré l’animateur à l’antenne.

Rien d’anormal, selon Laurent Ruquier, car  « ça fait partie des cours de droit. (…) Il nous a bien expliqué comment il y avait eu dans les différents pays toutes les triches possibles », s’est-il amusé, avant de conclure que « ce n’est donc pas un hasard s’il est devenu président de la Cocoe » !
Les récents événements vont apporter de l’eau au moulin de l’humoriste. Le sénateur refuse aujourd’hui de réviser les résultats de sa commission et s’en lave les mains. C’est plus prudent : lui, qui, autrefois, expliquait, dixit Ruquier,

« comment on annule les bulletins en les triant avec les doigts sales pour mettre des taches de gras ou d’encre sur les bulletins et ça les invalidait.»


Sainte-Adresse, 76