Gonfreville-l'Orcher Port du Havre : polémique autour d'un scanner fixe

Les Douanes du Havre procédaient, depuis 1995, au contrôle des conteneurs avec un sycoscan. L'appareil hyper puissant pourrait cesser de fonctionner en avril prochain. Polémique.

Dernière mise à jour : 20/03/2013 à 18:05

Le sycoscan, un système pour contrôler le contenu des conteneurs.©CERN.
Le sycoscan, un système pour contrôler le contenu des conteneurs.©CERN.

Le sycoscan est un système mis au point par la société Europ Scan, le port autonome du Havre et les douanes françaises :

« Un système de contrôle par rayons X qui permet d’étudier par radiographie le contenu d’un chargement. Les conteneurs sont ainsi vérifiés sans être déchargés ou ouverts. On utilise des faisceaux de rayons X de faible énergie couplés à des détecteurs ultrasensibles inspirés de la chambre à fils de Georges Charpak », indique le site du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire).

Le sycoscan du Havre avait été installé en 1995 sur la zone portuaire. Ce scanner fixe, comme un appareil de radiologie hyper puissant, permet aux agents des Douanes de scanner complètement un conteneur et de visualiser précisément et en intégralité son contenu.

« C’est un appareil performant qui permet, par une image, d’identifier les marchandises illicites. On peut voir dans les colis suspects et ainsi déceler des grosses quantités de stupéfiants, d’armes illégales et de cigarettes de contrebande », indique Manuela Dona, secrétaire nationale et régionale de la CGT Douanes.

« Il sera remplacé par un scanner moins performant », s’étonne la CGT

Alors que des saisies de cigarettes, de stupéfiants et de contrefaçons sont permises par ce type de scanner performant, les agents des Douanes s’étonnent du non-renouvellement du contrat de maintenance du sycoscan : « Sous prétexte d’économie budgétaire, le contrat de maintenance n’a pas été renouvelé.» La nouvelle est tombée le 7 mars : « Une nouvelle brutale, sans consultation », déplore la syndicaliste. Le sycoscan pourrait cesser de fonctionner le 27 avril 2013 :

« Il sera remplacé par un scanner mobile moins performant. Depuis son installation, le sycoscan avait pourtant atteint un taux d’indisponibilité faible et était donc réellement efficace pour effectuer des contrôles. »

La CGT ne s’explique pas cette décision brutale et craint qu’elle n’ait des conséquences sur l’activité économique du port :

« Il s’agissait pour maintenir le sycoscan d’investir deux millions et demi d’euros et de réinvestir sur les cinq prochaines années pour continuer d’effectuer des contrôles précis et de qualité.»

Sycoscan ou scanner mobile : même efficacité ?

La direction des Douanes se veut rassurante sur les craintes exprimées :

« Il s’agit juste d’un changement d’outil. Le scanner mobile à venir représente un moindre coût, mais garantit le maintien des contrôles dans de bonnes conditions. Les effectifs d’agents, quant à eux, resteront inchangés. De même pour les horaires qui seront conservés. Le sycoscan est abandonné, mais le système qui viendra le remplacer est opérationnel.»

La direction des Douanes précise que les agents seront formés à ce nouveau système et que « rapidement, un rythme de croisière devrait être trouvé. Mais le nouveau scanner a fait ses preuves en matière de lutte contre la fraude.»

Une rencontre avec le député-maire du Havre, le 15 avril

Pour Manuela Dona, le temps est compté et les syndicalistes savent qu’ils ne disposent plus que de « quatre semaines » pour infléchir cette décision arrêtée par la direction régionale des douanes : « Les élus de tous bords ont été sollicités et contactés. Jean-Paul Lecoq, maire de Gonfreville L’Orcher où est installé le sycoscan, a interpellé Édouard Philippe, président de la Codah (l’Agglo du Havre), que nous rencontrerons le 15 avril prochain. Catherine Troallic (députée PS) a également été contactée.» L’objectif de ces actions ?

« Surseoir à cette date du 27 avril et éviter le démantèlement du scanner. À terme, nous craignons que les conditions de travail des 30 agents de la brigade qui travaillent sur le site ne soient modifiées. En effet, les plages d’ouverture seront réduites. Actuellement, les agents interviennent de 7h15 à 22h15. Les horaires devraient changer et passer de 8h à 20h. Une ouverture moins large donc moins d’agents au travail…», s’alarme la CGT.

Casse sociale et perte de compétences sont les craintes avancées par le syndicat. Les autorités du port ont également été interpellées.  Le sycoscan cessera-t-il de fonctionner au profit d’un scanner mobile ? Le compte à rebours est lancé.

Gonfreville-l'Orcher, 76

  1. verdet
    20 mar 2013 13:03
    Bonjour,
    Il y a un truc que je ne comprends pas dans l'article a propos des plages horraires quu changent. Vous dites qu'elles diminuent mais quand je lis je vois que ca augmente au contraire :
    Aujour dhui 7h15 22h15 et demain 8h 2h... Ce n'est pas reduit c'est plus non?
    Slts
    Gv