Mont-Saint-Aignan Rouen. Pubs trompeuses, des hypermarchés condamnés

Parfois, mieux vaut acheter un seul produit à prix bas qu’avoir un cinquième gratuit ! Des grandes surfaces ont été condamnées à Rouen pour des pratiques commerciales trompeuses.

Dernière mise à jour : 04/03/2013 à 18:30

Trois hypermarchés Carrefour de la Seine-Maritime étaient concernés par ce jugement : ceux de Mont-Saint-Aignan, Barentin et Tourville-la-Rivière (Illustration : Flickr/cc/Alexbclark)
Trois hypermarchés Carrefour de la Seine-Maritime étaient concernés par ce jugement : ceux de Mont-Saint-Aignan, Barentin et Tourville-la-Rivière (Illustration : Flickr/cc/Alexbclark)
Trois enseignes Carrefour étaient visées : celles de Mont-Saint-Aignan, Barentin et Tourville-la-Rivière, ainsi que les magasins Leclerc de Saint-Sever, à Rouen, et d’Yvetot. La chambre correctionnelle de la cour d’appel de Rouen vient de le confirmer pour Carrefour et devrait en faire autant pour Leclerc. La facture est salée pour les hypermarchés. Ils devront verser plus de 100 000 d’amende pour des « pratiques commerciales trompeuses ».
Étaient pointées du doigt des opérations du type « quatre produits achetés, un gratuit » ou « + 20% gratuits » mises en place sur certains produits.

« Après des contrôles, les enquêteurs de la Direction départementale de la protection de la population de Seine-Maritime ont prouvé que ces opérations étaient régulièrement défavorables aux consommateurs », résume Philippe Schapman, vice-président de l’antenne de Rouen de l’UFC-Que Choisir, partie civile dans le dossier.

« Pratiques malheureusement habituelles », se désole l’UFC-Que Choisir de Rouen

Dans le collimateur de l’association, « des pratiques malheureusement habituelles », note Philippe Schapman. Parfois, mieux vaut acheter un seul produit à prix bas qu’en avoir un cinquième gratuit, mais payer les quatre premiers au prix fort ! « Par exemple, en tête de gondole, vous trouvez une offre avec deux produits en promotion, mais, dans le rayon, le produit en question, à l’unité, s’avère moins cher… », se désole Philippe Schapman.

« Il est toujours détestable de voir que des associations de consommateurs doivent rappeler les règles du commerce », soupire-t-il. « En première instance, nous devions obtenir 1 000 euros de dommages et intérêts, Carrefour déboursera finalement 2 200 euros », se félicite-t-il.

« Ce n’est pas toujours de la faute des enseignes, mais plutôt d’un défaut d’organisation, avec des produits en promotion qui arrivent déjà étiquetés, mais c’est toujours au détriment des consommateurs », souligne UFC-Que Choisir. Les avocats des distributeurs avaient d’ailleurs réclamé la relaxe de leurs clients en évoquant des opérations de promotion « réalisées par des fournisseurs qui décidaient de la proportion de gratuité et qui conditionnaient eux-mêmes le produit ».
Les premières plaintes remontaient à 2007, mais, malheureusement, « ces pratiques continuent », estiment l’association de consommateurs.

Mont-Saint-Aignan, 76
Barentin, 76
Tourville-la-Rivière, 76
76190 Yvetot

  1. Francois
    11 mars 2013 21:38
    Vu récemment aussi dans "le Sud" ! à Carrefour Portet/Garonne pour ne pas le nommer, mieux vaut achater 6 boîtes de thon Petit Navire à l'unité que les "5+1 gratuite" sous blister !!
  2. Le Major
    5 mars 2013 09:11
    S'il n'y avait qu'avec la bouffe qu'on était trompé!!
    http://lemajor.over-blog.com/article-encore-un-scandale-d-etiquetage-a-rouen-115902093.html