Gournay-en-Bray Strip-tease au César's : prison ferme réclamée

Le procès de la discothèque le César's s'est déroulé lundi 18 février devant le tribunal correctionnel de Dieppe. La procureure de la République a réclamé de la prison ferme.

Dernière mise à jour : 19/02/2013 à 09:12

Le procès du César's se déroule au tribunal correctionnel de Dieppe (photo : Les Informations Dieppoises).
Le procès du César's se déroule au tribunal correctionnel de Dieppe (photo d'illustration : Les Informations Dieppoises).

Poursuivis pour « proxénétisme, corruption de mineurs et travail dissimulé », les gérants de la discothèque Le César’s de Gournay-en-Bray comparaissaient lundi 18 février devant le tribunal correctionnel de Dieppe. Avec eux, le DJ, poursuivi pour complicité et corruption de mineurs et la strip-teaseuse, poursuivie pour exhibition sexuelle et corruption de mineurs.

Les avocats plaident la nullité

Les deux avocats de la défense ont plaidé la nullité, estimant que la procédure n’a pas été menée comme elle aurait dû l’être. Pour eux, la procédure serait nulle, le Groupement d’intervention régionale de Rouen (Gir) et la Service régional de la police judiciaire (SRPJ) ayant débordé de leurs compétences. Des arguments sur lesquels a rebondi la procureure, Valérie Cadignan : « La procédure a été menée comme elle devait l’être. J’avais la liberté de le faire ».

Les peines réclamées :
Le parquet a réclamé 18 mois de prison ferme pour les deux gérants de la discothèque et une amende de 10 000 euros.
La strip-teaseuse, elle, encourt six mois de prison ferme.
La procureure a également réclamé un an de prison ferme à l’encontre du DJ.
Elle a aussi demandé 150 000 euros à la discothèque et la fermeture définitive de l’établissement.
Le jugement a été mis en délibéré début avril.

Rappel des faits

Dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre 2012, un « show sado-maso » est organisé dans la discothèque Le César’s, située à Gournay-en-Bray, à mi-chemin entre Rouen et Beauvais (Oise) et connue pour ses soirées « osées ».  La strip-teaseuse engagée pour l’occasion ne se présente pas. La soirée avance et toujours rien. C’est alors qu’une jeune femme, simple cliente ce soir-là, se propose au DJ de la boîte, pour assurer le show à la place de la professionnelle.

« N’ayant pas froid aux yeux et ayant envie de m’amuser, je me suis proposée, a-t-elle confié à 76actu. La trentenaire prend le temps d’enfiler la petite tenue qu’elle avait dans son sac et se lance sur la piste. Mais, rapidement, les choses dérapent. C’était mon anniversaire le week-end d’avant, j’ai voulu faire la fête, j’avais pas mal bu et je me suis laissée emportée, raconte-t-elle. Alors, oui, j’ai pratiqué des fellations sur trois ou quatre garçons, mais pas la moitié de la boîte comme on a pu le raconter ! »

Des fellations sur des mineurs

Parmi les clients qui ont bénéficié des faveurs de cette strip-teaseuse improvisée se trouvent des mineurs. Et dans la salle ce soir-là, des policiers s’étaient glissés au milieu des clients : des policiers en civil de la brigade des mœurs, la protection des mineurs et le fisc, confirme le journal local l’Éclaireur Brayon. Une intervention qui aurait fait suite à un signalement. Il y a quelques mois, les parents d’une mineure s’étaient en effet inquiétés de voir circuler sur les réseaux sociaux une photo de leur enfant exécutant un strip-tease.
Samedi 1er décembre, tôt le matin, et sur réquisition du procureur de la République de Dieppe, la SRPJ et le Gir ont donc orchestré une descente à la sortie de la discothèque.

Quelques jours après cette soirée mouvementée, la sous-préfète de Dieppe, Martine Laquière, avait décidé de la fermeture administrative de l’établissement pendant deux mois. Le parquet de Dieppe avait ensuite annoncé son intention de poursuivre les gérants et la société pour « proxénétisme, corruption de mineurs et travail dissimulé », le DJ pour complicité et corruption de mineurs. Le César’s a finalement rouvert ses portes le 8 février 2013 et les gérants s’étaient expliqués sur leur site Internet :

« Le César’s sera fermé durant deux mois pour fermeture administrative. La direction est sincèrement désolée et présente ses excuses pour ce fait impromptu, indépendant de sa volonté, survenu dans la nuit du vendredi 30 novembre. Les habitués savent que ça ne s’est jamais passé ainsi auparavant. Un grand merci à tous ceux qui nous soutiennent, et nous font confiance. C’est ça la César’s Familly ! »
Route de Dieppe, 76220 Gournay-en-Bray, France