Tourisme. La Seine-Maritime mise tout sur Internet

Avec les grands événements de cette année, comme Normandie Impressionniste et l'Armada, le Département espère doper son attractivité, via les réseaux sociaux notamment. Détails.

Dernière mise à jour : 03/06/2013 à 09:49

Jean-François Sentais et l'équipe du CDT ont développé une nouvelle manière de mettre en valeur les atouts touristique du Département, aussi bien sur le papier que sur internet.
Jean-François Sentais et l'équipe du CDT ont développé une nouvelle manière de mettre en valeur les atouts touristique du Département, aussi bien sur le papier que sur Internet.

« La pluie n’est pas un fondamental. » Jean-François Santais, le directeur du comité départemental du tourisme de Seine-Maritime (CDT), n’est pas inquiet pour la suite de la saison côté météo. L’an passé, en dépit d’un temps très moyen également, les touristes étaient au rendez-vous. 10 millions de nuitées enregistrées, soit la même fréquentation que celle de l’année 2011 qui avait connu un bond de 10%.

« Ce qui est plus préoccupant, ce sont les effets de la crise économique, note Jean-François Santais. On peut redouter une baisse de la consommation. Alors, il faut amener plus de monde dans le département pour compenser. »

Répondre à des envies d’expériences

Mathématique. Enfin presque car « la difficulté est de proposer des produits touristiques de plus en plus complexes, pour tous les goûts. » Et le défi de la Seine-Maritime est de dépasser l’idée que la destination serait la principale motivation de déplacement.

« Ce qui motive les gens à partir de chez eux, c’est le besoin de vivre une expérience. Peut leur importe où en fait. En matière de tourisme, on ne retient que l’émotion. Et tout se joue en quelques secondes, à partir d’une première impression lue sur un document ou sur Internet. Surtout à Paris où 80 % des voyageurs réservent leurs destinations sur le web. »

Les débuts de la nouvelle marque

C’est à partir de ce constat et suite à une étude de positionnement en 2012 que le comité départemental du tourisme revoit son approche et crée sa marque, Seine-Maritime Tourisme. Objectif : être plus visible et plus attractif, et proposer des produits via une place de marché en ligne ouverte en mars 2013.

« 180 acteurs touristiques l’utilisent déjà et on espère en avoir 800 d’ici à la fin de l’année. Ici se trouve aussi toute la billetterie des sites départementaux en ligne, précise le directeur du CDT. Notre rôle est de fédérer l’offre et il faut qu’elle soit la plus fournie possible. »

Par ailleurs, l’application mobile lancée il y a trois ans a ouvert la porte à la géolocalisation.

1,5 million de visiteurs sur Internet

Internet, le CDT y croit dur comme fer avec 1,5 million de visiteurs sur ses différentes plateformes (sites, application mobile, réseaux sociaux et blogs), au point de mettre le paquet sur les réseaux sociaux.

« À partir du 17 juin 2013, nous aurons un permanent pour leur animation. À l’avenir, l’intérêt d’une destination ou d’une expérience passera par eux. Et demain la tablette tactile deviendra quelque chose de très commun.»

Un message pour les 1 400 acteurs touristiques majeurs du département qui compte au total environ 3 000 prestataires de toutes sortes.

272 euros dépensés en moyenne

L’idée est aussi d’accroître la durée moyenne du séjour qui a atteint quatre jours en 2012, avec une dépense moyenne de 272 euros. Il en va aussi des emplois : « On a tendance à minimiser le chiffre d’affaires et les 15 000 emplois, soit un tiers des emplois touristiques normands. »

L’Armada sera sans doute un grand coup de pouce au tourisme cette année. Le CDT enregistre à lui seul la venue de 130 groupes (comités d’entreprises, associations, club d’aînés…) soit 7 000 personnes, pour un chiffre d’affaires annuel représentant environ 500 000 euros pour la partie groupes. Il reste néanmoins quelques pistes d’amélioration.

Ecoutez ce que dit Jean-François Sentais :

Le CDT mène aussi un travail de soutien à l’hôtellerie de plein air pour améliorer les services proposés.

Les chiffres-clés

Selon un sondage SOFRES en 2012, le total des nuitées françaises en Seine-Martime (marchand et non marchand) s’élève à 9,8 millions.

  • Principales clientèles étrangères : Britanniques (25%), Allemands (14%), Néerlandais (15%) et Belges (15%). Viennent ensuite les Italiens (6%) et les Espagnols (5%).
  • La Seine-Maritime se situe dans le premier quart des départements français en nombre de voyages des Français (2,5 millions).
  • Durée moyenne des voyages : 4 nuits.
  • On dénombre une part importante des courts voyages personnels dans le département : 69,4 %.
  • L’hébergement non marchand représente 72,6 % des nuitées pour motif personnel (hébergement en résidence secondaire et famille ou amis).
  • Provenance française des touristes : Île-de-France (40,7%), Normandie (20%), Nord (8,4%), Picardie (5,4%), Rhône-Alpes (3,9%), Centre (3,2%), Bretagne (3,2%), autres (15,2%).
  • D’après le sondage, les touristes recherchent la possibilité de faire des coupures le temps d’un week-end au vert, de vivre des expériences (activités, évènements…) ou de se retrouver en famille ou entre amis.
  • A noter la hausse de 2,8% de la fréquentation des meublés de tourisme (gîtes), avec +7% sur la seule saison (avril à septembre).
  • Les dépenses des touristes français en Seine-Maritime se montent à 408 millions d’euros (hors dépenses connexes). Un touriste français dépense 46 euros par nuit passée dans le département.