Rouen Transports à Rouen : grève annoncée pour le 5 mars

La CGT a déposé un préavis de grève à la TCAR, pour mardi 5 mars. Un mouvement qui s'inscrit dans le cadre d'une journée d'action nationale à l'appel de la CGT et de Force Ouvrière

Dernière mise à jour : 01/03/2013 à 20:48

Le syndicat CGT de la TCAR a déposé un préavis de grève pour mardi 5 mars.
Le syndicat CGT de la TCAR a déposé un préavis de grève pour mardi 5 mars.

Un préavis de grève a été déposé à la TCAR pour le mardi 5 mars par le syndicat CGT. Pour l’heure, Jean-Claude Blot, délégué CGT à la TCAR ignore si le mouvement sera, ou non, « largement suivi ». Il rappelle que cette grève s’inscrit dans le cadre d’une journée d’action nationale, à l’appel de la CGT et de Force Ouvrière, pour s’opposer à l’accord sur la sécurisation de l’emploi qui devrait être présenté en Conseil des ministres mercredi 6 mars et que les autres syndicats ont pour leur part signé.

Un combat pour défendre tous les salariés et les services publics

Et, selon Jean-Claude Blot, ce ne sont pas seulement les conducteurs de la TCAR, mais bien tous les salariés, « ainsi que les usagers des transports en commun, qui devraient être solidaires de ce mouvement et donc faire grève ». Le représentant syndical estime en effet qu’il s’agit là d’un combat pour défendre tous les services publics, quels qu’ils soient.

« Nous refusons cet accord qui porte sur la flexibilité dans les entreprises, qui remet en question des dispositifs comme les RTT par exemple. Il y a une vraie question à se poser aujourd’hui : à qui voulons-nous qu’appartiennent les services publics dans l’avenir ? Nous devons nous battre pour nos enfants », argumente Jean-Marc Blot.

L’accompagnement de fin de carrière : une des revendications

Localement, plusieurs manifestations sont prévues et les cégétistes de la TCAR comptent bien faire front avec leurs collègues de Petroplus et leur rappeler leur soutien. Au-delà de ces revendications nationales, les conducteurs mettront également en avant des points qui les touchent plus particulièrement dans leur profession, comme « l’accompagnement de fin de carrière à la TCAR ».

Agressions répétées : pas à l’ordre du jour des revendications

Toutefois, Jean-Claude Blot insiste bien sur le fait que les dernières agressions qui se sont déroulées sur la Ligne 10 du quartier Grammont et dont ont été victimes deux conducteurs, ne seront pas à l’ordre du jour.

« Il faut rester cohérent. On n’ignore pas que la TCAR toute seule, ne pourra pas mettre en place un système assurant une sécurité totale », convient le représentant de la CGT, qui rappelle que les pouvoirs publics doivent aussi s’impliquer dans cette réflexion.

Rappelons que la dernière grève de la TCAR remonte à octobre 2012 : les conducteurs avaient décidé d’une grève perlée, et, chaque jour, le matin ou l’après-midi,  à raison de 55 minutes, ils arrêtaient le travail.
Une grève aux heures de pointe, qui avait largement pénalisé les usagers, notamment en raison de sa durée, pendant tout un mois. Les revendications des salariés et du syndicat CGT notamment, portait alors sur la question de l’amplitude horaire.

Rue de la Petite Chartreuse, 76000 Rouen, France